Prud'hommes d'Angers. Apivet condamnée pour licenciement "abusif"

Publié le 23/03/2015 par Administrateur, vu 2915 fois

L’entreprise d’insertion Apivet, à Angers, a dû verser 18 000 € à l’une de ses salariées. Pour un licenciement jugé « sans cause réelle et sérieuse » par les Prud’hommes.

« Je suis plus calme aujourd’hui mais au début de l’affaire, j’étais révoltée ! », confie Christine, âgée de 60 ans, secrétaire comptable durant une dizaine d’années chez Apivet. L’entreprise d’insertion assure la collecte, le tri et la revente de vêtements, à Angers.

Aucun avertissement

« Tout se passait bien. Je n’ai jamais eu de reproche. Mon travail était reconnu par le cabinet d’expertise comptable. Je n’avais aucun problème relationnel avec les bénévoles », se justifie Christine.

Les choses commencent à se gâter deux ans après l’arrivée de la nouvelle directrice, en 2010. Leurs relations se dégradent. « Elle ne m’adressait plus la parole et me donnait ses consignes avec des post-it ! »

L’ambiance se dégrade et elle commence à déprimer. Après un arrêt de travail d’un mois, la secrétaire comptable est invitée à rester chez elle. Ce qu’elle refuse.

En février 2011, elle reçoit sa lettre pour un entretien préalable et, dans la foulée, celle de son licenciement pour « insuffisance professionnelle ». « Après dix ans d’ancienneté, sans aucun avertissement, c’est fou ! », s’exclame Jacques Bonamy.

L’affaire passe devant les Prud’hommes. Ils déboutent Christine pour le harcèlement moral mais jugent que le licenciement s’avère « sans cause réelle et sérieuse ». L’association envisage, un temps, de faire appel. Elle versera finalement 18 000 € à la salariée, à titre de dommages et intérêts.

Ouest-france.fr le 21 mars 2015
http://www.ouest-france.fr/prudhommes-dangers-apivet-condamnee-pour-licenciement-abusif-3269147