La Poste condamnée à verser plus de 225.000 euros à huit guichetières

Publié le 23/03/2012 par Administrateur, vu 2026 fois

PARIS, 23 mars 2012 (AFP) - Le conseil des prud'hommes de Cahors (Lot) a condamné La Poste à verser plus de 225.000 euros à huit guichetières qui avaient cumulé des contrats à durée déterminée ou des contrats intermittents, a indiqué vendredi leur défenseur à l'AFP.

"Cinq d'entre elles toucheront plus de 32.000 euros", a souligné Thomas Barba, précisant que le jugement avait été rendu jeudi.

Il a ajouté que les guichetières avaient obtenu "la requalification des CDD en CDI, la reconnaissance de l'illégalité des CDI intermittents et la reprise de leur ancienneté à partir du premier CDD, ainsi que des dommages et intérêts anticipés pour la perte du droit à la retraite qu'elles auront plus tard".

La Poste est régulièrement condamnée dans des affaires similaires pour des pratiques antérieures à 2004. Selon M. Barba, qui dit avoir "régularisé plus de 50 personnes rien que dans le Lot", ces faits seront bientôt prescrits en raison d'une loi de juin 2008 qui fixe le délai en la matière à cinq ans, contre 30 ans auparavant, ce qui fait que "des dizaines de milliers de femmes (ayant cumulé des contrats précaires) vont être lésées".

La direction de La Poste a indiqué à l'AFP qu'elle allait examiner les délibérés au cas par cas. Elle a rappelé qu'elle menait "depuis 2004 un programme en faveur de la qualité de l'emploi", soulignant avoir "ainsi offert un CDI à plus de 22.996 personnes en CDD sur la période 2005-2011" et offrir "par ailleurs un temps plein à tous ses salariés qui le souhaitent".

L'entreprise emploie quelque 240.000 personnes.