Stéphane Guillon : Radio France condamnée en appel licenciement sans causes réelles ni sérieuses

Publié le 16/01/2013 par Administrateur, vu 1986 fois

Le licenciement de Stéphane Guillon en 2010 par Radio France était bel et bien irrégulier, a confirmé hier la cour d’appel de Paris, selon l’AFP qui cite les avocats de l’humoriste.

Mieux, les indemnités de l’humoriste ont été augmentées. En janvier 2011, les prud’hommes avaient estimé le licenciement de Stéphane Guillon « sans causes réelles ni sérieuses », lui accordant de ce fait 212 000 euros de dommages et intérêts. Confirmant cette décision, la cour d’appel a en outre condamné Radio France à verser à l’humoriste 23 000 euros de plus au titre du préjudice moral.

En juin 2010, Stéphane Guillon et Didier Porte avaient été brutalement virés par Jean-Luc Hees, président de Radio France, déclenchant une crise majeure au sein du groupe public, dans un contexte de suspicion après la nomination de Hees directement par Nicolas Sarkozy, et celle de Philippe Val, très contestée à France Inter.

 

Paru dans Libération du 16 janvier 2013